Fil RSS

Le Roi Dagobert – La charte de donation des terres d’Ecouen

0

mars 21, 2012 par Pierre Bouchart

LE ROI DAGOBERT (623-639)

Son histoire mérite d’être contée : à la mort de son père CLOTAIRE II, DAGOBERT hérite d’un pays unifié et devient roi de tous les francs.

Son célèbre ministre Saint Éloi va l’assister pendant dix ans dans la bonne marche des affaires du pays. Il laisse la forte empreinte d’un excellent roi, juste, bon chrétien, ayant mené par ailleurs une politique ambitieuse.

Il fut, à coup sûr, le dernier grand roi mérovingien, mais, après lui, ses successeurs porteront le nom de « roi fainéants ».

Nous pouvons aussi retenir de lui un bon roi qui fut remarquable administrateur entouré d’habiles conseillers. Il a marqué son temps. Et pourtant, on ne se souvient aujourd’hui que de sa légendaire étourderie, ce qui valut au grand Saint Éloi de prononcer cette parole ancrée à jamais dans les annales de l’histoire de France : « Ô mon roi, votre majesté est mal culottée ». « C’est vrai, lui dit le roi, je vais la remettre à l’endroit ». Une lithographie, en couleurs, d’après JOB en 1910, illustre parfaitement cette scène.

A travers DAGOBERT cette déclaration s’adressait, en réalité, à LOUIS XVI lui-même. En rappelant le souvenir d’un roi très ancien, les auteurs s’exposaient à la censure royale et couraient le risque de représailles d’où la nécessité de s’en protéger. Signalons que cette parole prononcée par Saint Éloi devint une chanson du Bon Roi DAGOBERT composée pendant la Révolution.

Outre ses qualités de parfait gestionnaire de son pays, un trait de caractère campe le personnage de DAGOBERT : sa générosité envers la Basilique de Saint- Denis qui est à l’origine de sa renommée. Il patronne de nombreuses Abbayes et, surtout, il multiplie les dons en faveur de la Basilique de Saint-Denis. Tel fut le cas, notamment, de la ville d’ÉCOUEN : « en l’an 632, le bon roi DAGOBERT fit présent de la terre et seigneurie d’ECOUEN à la Basilique de Saint-Denis », ce village offert se nomme alors : ITICINISCOAM. Il réunissait ECOUEN et EZANVILLE : ITICIN se traduit en latin par ville, ce qui à donné EZANVILLE.

C’est à Saint-Denis que l’on trouve la charte de donation des terres d’ECOUEN mentionnée dans « l’histoire de la Ville et du Diocèse de PARIS » par l’abbé LEBEUF parue en 1754.

Ce texte n’a aucunement la prétention d’être exhaustif. Il se contente  de donner un aperçu de l’histoire  du bon Roi DAGOBERT et peut susciter, chez nos lecteurs, l’envie d’en savoir plus grâce aux ouvrages existants sur ce grand Roi.


0 commentaire »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>